Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:11

     Je suis de passage à Bali où je me repose du bruit ,de la pollution et de la circulation pétaradante de Jogja ,grande ville du centre de Java où je viens de passer une semaine avec Laurent.J'y étais deja allé il y a deux ans et j'avais adoré.C'est vrai qu'a la différence de Bali où le touriste n'est jamais trés loin,on se retrouve d'emblé à Jogja au coeur de la ville indonésienne.Les touristes sont présents mais les hauts lieux touristiques tels le kraton(le palais du sultan) et Borobudur sont autant sinon plus fréquentés par les locaux que par les touristes . Cette année ils ne m'auront pas vu au kraton ,je n'ai pas multiplié les visites culturelles,par contre j'ai découvert ou redécouvert les bons restaurants de la ville et leur vins rouges de qualité inégale.Quelques bons moments gustatifs quand meme surtout lorsque cela fait plusieurs semaines que l'on a pas bu de vin,cela fait toujours plaisir à la bonne française que je suis! J'ai meme eu l'occasion ( le privilège) d'etre invité chez Myriam et Titou pour manger un succulent gigot d'agneau accompagné de champignons,c'est la première fois que je mange un tel repas en Indonésie. Et aussi la première fois que je goute à du fromage fabriqué en Indonésie;on en trouve bien sur au supermarché ( il y a un grand carrefour à Jogja,ça va c'est pas trop dépaysant)mais c'est cher.Les expatriés qui vivent ici depuis longtemps comme Titou et Myriam  ont eu leur dose de "mie goreng "et "nasi goreng" et ont besoin de manger autre chose que du riz ,ont besoin de retrouver le gout ,les saveurs qui font partie de leur culture,d'eux meme. Laurent avait ramené le pastaga et aussi transporté le lait en poudre pour leur adorable petite Manon(trop jolie),produit que l'on trouve ici mais de moins bonne qualité .

    Vu de l'extérieur la vie des expat peut paraitre enviable car dans un pays tropical et avec des conditions de vie que l'on imagine faciles dans un pays qui leur offre plus d'opportunité qu'en france ( moins de charges à payer mais plus de difficulté à etre propriétaire par exemple).Ceci dit la vie n'est pas forcément rose pour tous les expat et pour ceux qui veulent avoir une vie confortable ,s'offrir des restaurants ou de la nourriture française ,il faut avoir un minimum de moyen.Lorsqu'on a des enfants il y a l'école internationale qui coute cher ,sans oublier les assurances maladie et tous ne rentre pas en France aussi souvent qu'ils le voudraient . Ceci dit cela fait si longtemps que Titou et Myriam vivent et travaillent en Indonésie qu'ils doivent etre attaché à ce pays...tout comme Vincent qui vit en Indonésie depuis plus de quinze ans.

    Pour aller chez Vincent on quitte le brouhaha de la ville pour se retrouver dans un  village au pied du Merapi.Et de la superbe maison en bambou, qui se niche au coeur de la nature ,nous avons pu admirer toute la majesté du volcan.Un endroit serein , l'endroit idéal pour se ressourcer,s'éloigner du tumulte de la ville.Si ce n'est que le volcan est tout prés ,parmi l'un des plus actifs au monde et lorsque l'on voit les dégats causées par l'érruption de 2006,cela fait froid dans le dos! La maison de Vincent a eu la chance d'échapper au déferlement de boue et de pierres qui a tout dévasté sur son passage.

( voir la photo du volcan prise de la maison :beau ,calme et impressionnant,mais nous ne somme vraiment rien devant la force des éléments.Les volcans sont partout en Indonésie et les habitants continuent à leur faire des offrandes ,quelque soit leur religion,l'ultime et unique recours pour tenter d'apaiser ,calmer ces puissants cracheurs de feu -"gunung api"-montagne de feu en indonésien)

     Java est l'ile la plus densément peuplée d'indonésie.Il y a la capitale,le gouvernement,les élites politique et économique ,les grandes universités ,les entreprises étrangères,les expatriés , les stars de télévision ...Jogja se présente comme la grande ville culturelle de Java avec des traditions séculaires raffinées autant dans les arts que dans la manière de vivre...sa population dépasserait le million d'habitants...Les grandes artères de la ville sont bondées de moto,de voitures ,de camions en tout genre,et de becak (betchak)qui se faufilent partout! C'est vraiment à faire au moins une fois le trajet en betchak": les moto,les vélo,les bus nous frolent mais ça passe et le conducteur semble trés sur de lui quand il vous fait traverser la rue où la circulation ne cesse jamais ou qu'il prend une route à contresens ! L'avantage c'est que l'on est aux première loges puisque assis devant ! Mais une fois que l'on sort de la grosse circulation et surtout lorsqu'on aborde les petits quartiers tranquilles autour du kraton ,c'est trés plaisant de visiter la ville bien installé dans notre "charette" ,la vie du quartier défilant sous nos yeux ,on se croirait dans un village,les rue sont étroites et calmes et les jolies maisons qui les bordent invitent à la reverie d'un autre temps...

     Jogja ,comme toutes les grandes villes offre une multitude de visage et je n'en connais pas beaucoup,juste quelques perceptions aux détours d'une rue,d'un regard ou de rencontres.C'est bien sur une ville trés animée avec  ses grands centres commerciaux ,ses boutiques de batik( un artisanat local),ses boutiques de tee-shirt (un nombre impressionnant, de qualité inégale) et ses restaurants de toutes sortes ;à chaque mètre on trouve de quoi boire ou manger et on peut meme manger trés tard dans la nuit sur jalan Malhioboro (l'avenue la plus connue) dans des "warung"intallés sur les trottoirs.

     Bref,ça brasse,ça brasse,une effervescence qui ne semble pas faiblir le soir dans certains endroits.Par contre j'ai été trés étonnée que l'on ne trouve pas en vente libre dans les supermarché de l'alcool (comme on peut en trouver à Lombok un peu partout).De meme la plupart des bars de la ville ne vendent que de la bière et les restau que du vin ,pas d'alcool fort.Apparemment il règnerait à Jogja une espèce de milice (pro-islamiste bien sur)qui aurait déja détruit plusieurs bars de la ville qui vendaient de l'alcool et qui devaient etre trop voyants.Laurent a assisté à ce genre de violence et ça calme son homme des dizaines de motards qui trainent derrière eux de longues barres de fer !

      Par contre dans la boite dans laquelle nous sommes allés avec Lolo,le "hugo's",ils servent toutes sortes d'alcool fort,whisky,vodka...C'est un endroit  fermé un peu en dehors du centre ville,donc moins voyant ou bénéficiant d'une protection particulière (?).Un endroit à part,donc ,et ne ressemblant à rien de ce que j'avais pu voir en indonésie jusqu'à présent (faut dire qu'à part il y a quinze ans à bali ,je n'ai jamais écumé les boites ici ,ni ailleurs d'ailleurs!) et puis j'ai plus l'habitude de fréquenter les indonésiens de la campagne ,je connais peu la jeunesse dorée(ou pas) des villes ...Dés l'entrée je trouve que les serveurs ont un look d'enfer avec leurs cheveux hirsutes ,les yeux maquillés pour certains et des chaussures extravagantes ...un groupe  anime la soirée en live par des reprises ,les deux filles juchées sur des talons ,elles-meme juchées sur une estrade où elles se trémoussent .

      On arrive un peu tot, la salle est encore vide .Le temps de boire quelques bières et voilà  des lots de jolies filles qui défilent devant nous.Ce sont des groupes de jeunes filles qui s'installent aussitot à une table ,commande la bouteille de whisky,fument clope sur clope en ne quittant pas leur telephone portable .Je trouve que certaines ressemblent à de jeunes actrices de " sinétron" la "telenovela" indonésienne qui dure des années et où il arrive à l'héroine toutes sortes d'aventures incroyables .A part que là, l'aventure incroyable se résumerait -t-elle à trouver un client pour la soirée , toutes ces filles sont-elles ici uniquement pour cela? Ces "petites chéries "sont si jeunes et si mignones  que j'ai du mal à imaginer qu'elles soient ici à la recherche d'un client...mais il est indéniable que la boite regorge de jeunes femmes aux tarifs plus cher que la norme...L'ambiance bat son plein , chacun y allant de sa bouteille ,une fille monte sur scène,c'est son anniversaire ,on lui sert trois bonnes rasades de whisky au goulot,tout le monde applaudit! 

      Il y avait peu de "bule",de "blancs" dans la boite mais plutot de jeunes indonésiens venus faire la fete entre copains et j'aurais bien aimé discuter avec eux pour percevoir de quel monde ils venaient car ce monde là parait en effet assez éloigné de ce que l'on perçoit quand on se ballade dans la ville.

       Comme dans toutes les grandes villes  la misère est visible à Jogja .Plus la ville s'étend ,plus la misère s'étale ,se faufile,se cache dans les coins ,est dérangeante .J'ai vu des vieux abimés mendiant dans la rue ,des jeunes femmes avec leur enfant dans les bras au feu rouge , des handicapés mais je n'ai jamais vu d'homme jeune faire la manche  . En Indonésie la pauvreté  se vit autrement dans les villes que dans les campagne .A la campagne ,les gens du meme village sont de la meme famille et il y a toujours quelqu'un qui donnera à manger ,dans la ville l'homme est déraciné des siens , de la srtucture sociale du village et ne doit compter que sur lui meme ...Les indonésiens pensent qu'en europe il n'y a pas de pauvre et que personne ne demande de l'argent dans la rue car nous sommes un pays riche . Mais le problème de l'exclusion existe  dans tous les pays du monde ... (Ici ils ont le froid en moins...) .

        Jogja reste une ville acceuillante ,avec des endroits differents , riche d'une culture traditionnelle raffinée et en meme temps ouverte sur l'extérieur ( dans notre hotel il y avait aussi des étudiants suédois venus étudier à l'université de Jogja),il y a tant à découvrir , je compte bien y revenir !

 

        BOROBUDUR :s'il y avait une visite à ne pas rater c'était bien sur la visite du temple bouddhiste de Borobudur ,monument classé à l'UNESCO ,une merveille d'architecture et de sculpture datant du IX siècle ,construit sous la dynastie Sailendra . J'adore ce monument ,c'était la troisième fois que je m'y rendais. Mais je ne me souvenais pas du trajet ! A la sortie de Jogja on emprunte une quatre voie impressionante : un traffic incessant ,un flot continu de moto qui arrivent de tous les cotés ,des bus qui vont à fond la caisse ,des voitures et des camions aux fumées douteuses ...Tout le monde fonçe,faut que ça roule ,il faut suivre le rythme infernal ! Je crois que jamais je ne pourrais conduire ici ! Ah! Oui! Le mieux c'est aussi de rouler les fenetres ouvertes pour bien profiter du bon air des gaz d'échappement ! Mes bronches s'en souviennent encore !

        Heureusement une fois sorti de cette circulation folle les routes normales et la campagne réapparaissent et nous arrivons à Borobudur un peu régénérés .Enfin, avant d'arriver au temple nous avons quand meme pris le petit train (si!si! meme sans mon fils je l'ai fait! ) pour visiter les jardins de Borobudur( mouais!) où la seule chose extraordinaire que nous ayons vu c'est un jardinier qui tondait la pelouse ,conduisant sa moto d'une main et tirant la vieille tondeuse de l'autre !

        Puis nous voilà enfin en train de gravir les marches du temple de pierre  pour accéder aux sublimes bas-reliefs qui ornent chaque étages du temple . Une construction pharaonique qui s'est étendue sur cent ans ,où trois générations de travailleurs y ont consacré leur énergie .Le temple ,vu d'en haut ,ressemble à un mandala et il se dégage une trés grande harmonie autant  dans l 'architecture que dans la mise en scène des éléments sculptés qui retracent essentiellement les différentes étapes de la vie de bouddha. Je ne me lasse pas de les contempler et j'éprouve autant de plaisir et d'admiration que pour les sculptures romanes ,avec une imagerie différente , trés riche ( des animaux de toutes sortes ,des femmes parées,pleurant ou aguichantes;un bouddha méditant,moine ,homme ;des danseurs ,des serviteurs,des combattants,des vieux sages ...) toute une iconographie qui nous fait voyager dans un mode de vie lointain et exotique et qui alliée aux traits purs et profonds des personnages font de Borobudur un lieux exceptionnel !

        Pendant la visite nous n'avons pas échapper aux traditionnelles photos avec les étudiants indonésiens qui adorent etre pris en photo avec nous ,on aurais pu y passer des heures ! C'est toujours trés sympa et tout le temps dans la bonne humeur et c'est marrant de les voir s'agiter autour de nous .

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by monindonesie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Monindonésie
  • : Quelques articles sur l'indonésie,les indonésiens,sur la manière dont je perçois et ressens ce pays que je connais bien,l'envie de le faire découvrir aux autre sous un jour nouveau en partageant mon expérience et ma connaissance de cette culture.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens